Bandeau
Aventure en Guyane
à l’époque où la jungle était intacte

10 ans de vie de Robinson en Guyane à une époque ou la Jungle était encore intacte et témoignage sur sa destruction.

Le hamac de jungle

Le hamac est la maison du broussard. Indispensable, mais quel modèle choisir ? Le hamac en coton ou le hamac de jungle ?

Article mis en ligne le 1er juillet 2016

par Christian Voillemont
logo imprimer

Choisir un Hamac pour la jungle

Le hamac, qu’il soit simple ou double, est une toile ou un filet que l’on suspend entre deux points d’ancrage et qui permet de dormir ou de faire la sieste... Très utilisé en forêt, il permet de s’isoler du sol, de l’humidité, des insectes, des fourmis ou des reptiles tout en offrant un excellent confort de sommeil. En ville, il est aussi apprécié dans les jardins ou sur les patios pour la sieste ou dans les maisons du fait du peu de place qu’il occupe. Grâce à lui, un salon peut se transformer la nuit en chambre à coucher à peu de frais.

L’origine du hamac est sud -américaine. Les Indiens l’utilisent depuis toujours et c’était leur bien le plus précieux. Il fallait un an de travail pour réaliser un hamac traditionnel en coton qui était bien plus sophistiqué et confortable que ceux que nous connaissons actuellement. Le mot hamac vient des Indiens Taino, hamaca.

Il existe différents types de hamacs que l’on peut utiliser en expédition, le hamac de jungle avec toit et moustiquaire, la Roll’s des hamacs quand il est de qualité, le hamac coton et le hamac filet. Passons-les en revue :

Les hamacs de Jungle :

Il existe un modèle spécifique de hamac, le hamac de jungle. Il possède une moustiquaire et une toiture incorporée. C’est un modèle utilisé par l’armée que l’on trouve dans les surplus d’armées facilement. La moustiquaire vous protégera efficacement des moustiques. Vous pourrez la traiter avec des insecticides non toxiques pour l’homme pour vous protéger du paludisme. Léger, pratique, sécuritaire, c’est le modèle que nous préconisons pour les expéditions. Il y a dans ce modèle deux grandes familles :

  • Le hamac de style US. Fabriqué à l’origine dans de la toile de parachute, c’est le plus facile à trouver et le moins cher des hamacs de jungle. Il existe des modèles de qualité très inégale. Lors de l’achat, vérifiez bien les coutures, leur solidité, la qualité des matériaux utilisés. Il faut prendre impérativement un modèle avec double fond pour éviter les piqûres des insectes à travers le hamac. Le double fond sert souvent de rangement et de vide-poche par le biais d’une ouverture qui doit fermer hermétiquement. La moustiquaire doit fermer elle aussi hermétiquement grâce à du velcro (qui ne tombe jamais en panne) ou une fermeture éclair, plus fragile, elle doit donc être d’excellente qualité. Le toit n’est pas étanche à la pluie, le hamac doit être placé sous un carbet ou sous une bâche, voir la page sur les bivouacs. C’est ce modèle que j’utilise avec beaucoup de plaisir, même en camping au Québec. Il garantit des nuits paisibles et confortables, il est peu encombrant et léger dans le sac à dos et sans lui la vie est difficile en forêt. C’est le meilleur compagnon du broussard avec sa machette et un bon feu !
  • Le hamac brésilien. Même modèle que le précédent, mais très confortable, mieux fini, plus grand, avec un ample double fond, un toit plus grand, des fermetures éclair de qualité, des moustiquaires de qualité, très léger, utilisé par l’armée brésilienne et difficile à trouver dans le commerce. Des entreprises québécoises ou françaises fabriquent des modèles qui s’en inspirent avec plus ou moins de bonheur...

Le hamac en coton

  • Mono place ou biplace, c’est le modèle utilisé pour la vie en ville ou en carbet. Il est le lit des gens les moins riches, orpailleurs clandestins, à cause de son prix modeste. En forêt vierge, il est utilisé par les personnes qui ne font que de courtes incursions en forêt qui privilégient son confort relatif. Idéal dans un camp de base, dans carbet de villégiature, sur une terrasse, entre deux cocotiers sur la plage pour faire la sieste, il montre vite ses limites en forêt lorsque l’on est en expédition. Lourd, encombrant, il ne pourra être utilisé en forêt que si le poids n’a pas d’importance lors de déplacement en pirogue par exemple. Il offre une médiocre protection contre les moustiques qui piquent au travers facilement, rentrent à l’intérieur et vont vous faire passer des nuits infernales. Un séjour dans la jungle peut vite tourner au cauchemar avec un hamac coton, car vous dormirez mal la nuit et vous aurez du mal à récupérer. Trop lourd et encombrant pour être emmené dans un sac à dos, il prendra vite l’humidité, moisira et risque de se fendre en deux après quelques semaines de vadrouilles en saisons des pluies.
  • Ne prenez qu’un deux places de qualité, même si vous êtes seul, vous pourrez ainsi le fermer avec des pinces à linge pour vous protéger du froid et des moustiques. Des pinces à linge permettent de le fermer et de ce fait de se protéger contre les moustiques. Pour éviter d’être piqué au travers du hamac, une seule solution, dormir en survêtement et avec un drap.
  • Lors des déplacements en bateau, nous enlevons les araignées (cordes de suspension) du hamac coton qui nous sert de couverture dans le hamac de jungle.

Le hamac filet

Il est judicieux d’en avoir un sur soi avec une ration et une couverture de survie lors des balades. Très léger, il ne prend aucune place et sera utile en situation de survie. Choisir un modèle de type ’’alpiniste’’.

Les compléments indispensables du couchage

Compagnon indispensable du broussard, un survêtement en coton vous permettra de lutter contre le froid nocturne, de vous donner une couche antimoustique supplémentaire qui fera une grosse différence dans un hamac coton.
Grâce à ses manches longues, il va vous protégera des moustiques et donc du palud et vous teindra au chaud la nuit.
Le nécessaire de couture et les connaissances associées pour réparer les hamacs.
Un sac à viande en coton pour lutter contre le froid nocturne ou un hamac coton sans ses araignées pourra aussi faire l’affaire.

Les matériaux du hamac

La toile de coton est douce et chaude. Si le confort est privilégié, c’est le bon choix par contre elle craint l’humidité et ces hamacs doivent être rangé toujours bien sec.
Les fibres synthétiques résistes à la pluie mais sont attaquées par les uv et se déchirent.
Le Polyester et la fibre Acrylique sont résitante. La toile en Sunbrella étant la plus résistante (textile résistant aux UV).
On trouve des hamacs fait en toile parachute (nylon) résistante, confortable et d’entretien facile.

Bivouac de fortune sur l’Oyapock

Bivouac de jungle avec hamacs us

Hamac de l’armée de type brésilien

Bivouac de jungle avec hamacs brésiliens

Hamacs de type US, modèle confortable et avec double fond utilisé lors de l’expé de 1995

Les moustiquaires sont traitées contre les moustiques.

Bivouac de jungle avec hamacs us


Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS

1996-2017 © Aventure en Guyane - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.35
Hébergeur : Voillemont Christian